ARLT & THOMAS BONVALET

 

 

Voilà un disque inhabituel, rempli de comptines effrayées, de danses de joies, de rock idiot, de rituels chamaniques bricolées, de ballades bruitistes et de chansons d'amour prises dans la tempête. Arlt & Thomas Bonvalet, avec un art joyeux du paradoxe, de l'amour fou et de la bagarre réforment la chanson française à leur manière hirsute et poétique, font avancer les musiques traditionnelles et  déplacent les musiques expérimentales sur une marelle tracée au charbon. De l'alcool fort. 
 
(Après deux premiers albums, La Langue et Feu la figure, parus sur le label Almost Musique, les deux troubadours dégénérés de Arlt (Eloise Decazes et Sing Sing) ont demandé au multi-instrumentiste  Thomas Bonvalet , auteur d'une oeuvre protéiforme pleine de bruit, de fureur et de mystère (au sein de Cheval de frise, L'ocelle mare, Powerdove) de réarranger leur répertoire, le matraquer, le mettre en péril. Tous trois ont à cette occasion ré-enregistré 9 morceaux déjà connues du duo ainsi que deux inédits ("Grande fille" et "Le ciel de Lille") en une poignée de jours, à la maison, en compagnie de  l'ingénieur du son Adrian Riffo.) 
 

 

« Feu la figure », le deuxième album du duo Arlt, enregis- tré au mythique studio Hotel2Tango à Montréal, et tou- jours en compagnie du guitariste Mocke (Holden, Midget!), est paru       en avril 2012. Eloïse Decazes et Sing Sing, sur quelques accords tordus d’une guitare empruntant aussi bien au blues primitif qu’au krautrock ou aux musiques traditionnelles désaxées, chantent à deux voix des chansons déboussolées, répétitives et

chercheuses, entre comptines obsessionnelles, poésie absconse, ballades abstraites et rock n’roll désorienté. Sur scène, ce sont des danses burlesques et métaphysiques, un peu chamaniques

et un peu clowns. Ce qu’aiment ces oiseaux-là, c’est tomber.

 

 

Recorded at the legendary Hotel2Tango studio in Montreal, and once again featuring guitarist Mocke (Holden, Midget!), « Feu la figure», the Arlt duo’s second album, has been released in April 2012. Over twisted guitar chords ripped off from early blues, krautrock and off-the-wall traditional music, Eloïse Decazes and

Sing Sing offer lost, lonesome, repetitive songs mixing obsessive kids’ rhymes, arcane poetry, abstract ballads and rock’n’roll gone adrift. On stage you get burlesque and metaphysical dancing with overtones of shamanism and clowning. What

these two really love is falling over.